evomag.ro
    science-fiction fantasy poezie eseu arte vizuale
Caută :  
Resurse Contact
Luminile oraşului IV  -  Arma secretă  -  10 minute pâna la explozie  -  Jazzonia : Cartea Cruciadelor  -  Luminile oraşului IX  -  Poveste cu un zmeu  -  Concurenţă neleală  -  Sharia (fragment)  -  Theron Girradus  -  Timpuri Noi  -  Lunga vară  -  Cerşetorul  -  Alfa şi Omega  -  Luminile oraşului XXXIII  -  Liniştea  -  Himera  -  Macii  -  Bumerangul lui Zeeler  -  Trãind în cercul vostru strâmt, vã credeţi genii  -  De aici, de sus...  -  Sedrina  -  Mr. Loverman  -  Fata din vis  -  Povestea unui suflet  -  Floarea de loldilal  -  Peştera I  -  Înainte ca toate imaginile să dispară...  -  Jocul meu pentru Dumnezeu şi ai lui  -  Avocatul celui care a vrut să mă omoare  -  Învingătorul ia totul  -  Acolo sus, vulbul  -  Omu' nostru de "sus"  -  Lacrimi de stea  -  Întunericul vieţii  -  Sentofagia  -  Comando Fox  -  "Coincidenţă !" au strigat  -  Moştenire de familie  -  Peştera II  -  Umbra  -  X Factor  -  Noapte bună, Andrei  -  Sub nori  -  Meduza (X)  -  Eu, Singularul Absolut  -  Lumina de jad  -  Omega  -  Simbioza  -  Luminile oraşului XXIII  -  Gândacul


La chambre quotidienne (fr)

La chambre quotidienne (fr)
  Diana Virginia Todea
TV nation
Boredom
A Swedish Golem
We are all Jews
Outside in this dream
varianta print

Diana Virginia Todea



Publicat Duminică, 21 Decembrie 2008, ora 10:50

      On est dans la chambre que tout le monde le sait. Elle est construite pour toutes les actions, pour toutes les émotions. On passe nos jours dedans. On est ridiculisés dans cette chambre grotesque et monstrueuse. Je passe ma vie dedans, elle me cache avec ses doigts noirs, elle désire m’avoir dans son intimité. La vie est captive.
      La modernité s’élance dans cette perspective. L’art et l’univers se mélange dans cette chambre. Les lettres d’amour se cachent dedans, avec toutes les larmes et les misères d’un poète. Être sincère c’est son moto. Ne pas céder devant les douleurs. Ne pas céder devant les souffrances. Ton âme sera libre. Cette chambre est ta prison. Ta vision corrompt les yeux d’autres. La tristesse et la joie se cachent dans tes yeux. Tu vois les fenêtres en hombre, en plein mystère. Ta tête est devant la lumière, te menant jusqu’à ces pensées. Tu n’es pas un autre. L’alchimie d’être joyeux se trouve dans ta sensibilité. Tes larmes, tes grimaces deviennent l’art d’un arlequin. Il porte les masques quotidiens. L’arlequin pense à l’avenir des autres. Il est triste. Il est joyeux quand le monde est heureux. Il porte les larmes dans l’hombre des ses yeux, regardant toujours pour un mystère plus grand que celui d’aujourd’hui. Il ne cache pas ses intentions. Il est tendre avec son amour. Les visages d’autres, la tendresse, les roses, le vin, la nuit, et les étoiles. Il manque le sourit de ton visage, de tes mains, d’un enfant. L’arlequin cache le mystère des nuits, des filles porteuses des rêves, les larmes de l’univers. L’arlequin n’est pas ton préféré, car il se cache derrière les masques. Il est derrière chaque pas que tu fais, te voyant te penchant en face des autres. Les masques quotidiens, les grimaces des visages, les larmes que tu portes dans tes yeux.
      L’arlequin sait la vérité. Il connaît tout. Il connaît ton âme mieux que toi. Il voit tes nerves, tes sourires cachés, tes intentions. Il sait bien que tu veux l’aimer. Il regarde les scènes que tu passes chaque nuit, chaque jour, pendant toute ta vie. Il est là. Il est dans tes rêves. Il est poète et tu ne le connais pas. Il danse avec chaque fille de tous les villages. Il a des yeux magiques, bleus intenses. Il t’hypnotise avec son regard. Tu penses qu’il est Dieu. Ou peut-être le démon. Tu ne sais pas encore. Tu penses qu’il a vu toutes les choses de cette terre. Tous les miracles. Toutes les souffrances. Il est ton menteur. Il cache si bien son intention. Mais il ne veut rien d’autre chose que de t’aimer.
      La chambre quotidienne est en pénombre. Tu es assis sur le lit pensant à une chose futile. Tes yeux sont reveux. La lumière de ce jour est perdue sur la rue. L’amour est une lettre inachevée. Tu veux que ton amour s’accomplisse. L’arlequin est en face te regardant. Il voit ta peine, tes larmes, ta souffrance inconnue par les autres. Il te donne sa main. Sa dévotion. Une nuit en plein accord. Tu danses dans le centre de l’univers, autour des étoiles. La magie d’un hypnotiseur. Dieu ou démon? Le paradis ou l’enfer? Les mains te cherchent dans la pénombre. Tu es perdu dans cette chambre quotidienne. Qu’est que tu cherches?
     

© Copyright Diana Virginia Todea
Nu există nici un comentariu  
Comentează articolul  Spune-ţi părerea

    Toate câmpurile sunt obligatorii.
    Comentariul nu poate include link-uri.
    Dacă sunteţi logat, numele şi emailul se autocompletează.
    Comentariile sunt moderate şi vor apărea pe site numai după aprobare.

Nume :
Email (nu va fi afişat) :
Comentariu :


   SFera Online v.3 Final Edition - arte vizuale şi literatură de anticipaţie
      Toate drepturile rezervate. Copyright © 2001 - 2011 SFera Online | © 2011 - 2015 Arhiva SFera Online